Verneuil d’Avre et d’Iton

Présentation

C’est en 1120 qu’Henri 1er Beauclerc, Duc de Normandie et roi d’Angleterre, fait construire sur la rive gauche de l’Avre une ville ceinturée de remparts, ainsi qu’un château : Verneuil était née. La ville deviendra française au début du 13e siècle avec Philippe Auguste, puis de nouveau anglaise en 1417 avec le début de la guerre de cent ans. C’est grâce au meunier Jean Bertin, qu’en 1449, les Français purent reprendre la ville. En 1620, Louis XIII ordonna la destruction du château, les remparts furent détruits au milieu du 18e siècle.

Verneuil conserve de très beaux vestiges de ce passé qu’elle sait mettre en valeur et présenter à ses nombreux visiteurs.

Mais ce n’est pas qu’une ville touristique, capitale du sud de l’Eure, Verneuil est une commune dynamique qui fait tout pour conserver à ses habitants l’ensemble des services publics et présenter ainsi un attrait certain à l’implantation de nouvelles activités économiques.

Trois données ont déterminé l’histoire de cette commune : le passage d’une importante voie romaine (Condé-Jublains), la présence de la forêt qui représente encore plus de 40 % de son territoire et l’Iton, avec en particulier le bras forcé de Breteuil, issu du Becquet tout proche. Cette paroisse est mentionnée dès l’époque romaine, avec entre autre son église et son prieuré, dédiés à Saint-Martin. Ces deux établissements furent donnés à l’abbaye de Saint-Laumer de Blois, par le seigneur de Tillières.

Ce terroir n’eut jamais d’unité féodale : c’était une paroisse composée de nombreux fiefs, relevant de diverses seigneuries majeures : Tillières, comté d’Evreux, fief de Cintray… Ces fiefs furent longtemps aux mains de familles notables de la région : Allorge de Malicorne, Martel de Gournay, Emault de La Gériaye, Rouillard de la Rouilliardière…

Francheville fut, au XIXème siècle, la capitale régionale de l’industrie artisanale de la ferronnerie. A cette époque, plusieurs centaines de familles fabriquaient à domicile des articles tels que mors, éperons, gourmettes, boudes, attelles, crochets, bridons… Ceux-ci étaient commercialisés par des négociants grossistes, comme les maisons Lemaître, Malherbe, Hébert, Bonneville… Totalement disparue au milieu du siècle dernier, cette activité est bien évoquée au musée de la Ferronnerie, véritable mémorial de cet antique artisanat situé sur la place centrale du bourg.

Le député Modeste Leroy (1855-1934) habita au château du Tremblay. Homme de grande culture, il fut l’un des pères fondateurs de l’Enseignement Technique en France. D’origine romane, l’église Saint-Martin a été profondément reprise à l’époque de la Renaissance. Le clocher carré en grès, de belle allure, ne date que du début du XVII ème siècle. Au hameau de Malicorne, l’ancienne chapelle castrale du manoir a conservé son chœur roman d’origine. Placé sous la protection de Notre-Dame de Pitié, c’était jadis un lieu de pèlerinage renommé.

Texte de B. LIZOT

Infos pratiques

Infos Pratiques

  • 7 109 habitants
  • 3 197 hectares
  • Les Vernoliens

Horaires

Lundi, mardi, mercredi et jeudi de 9h à 12h
et de 13h30 à 17h30
Vendredi de 9h à 12h et 13h30 à 16h30
Une permanence d’État Civil est assurée le 1er samedi de chaque mois de 10 h à 12 h.

Coordonnées

1 Rond Point de la Victoire
BP 707
27130 VERNEUIL D’AVRE ET D’ITON

02.32.32.10.81

02.32.60.30.79

mairieverneuil@verneuilsuravre.fr

http://www.verneuil-davre-et-diton.fr/

Municipalité

Maire de la commune

Yves-Marie RIVEMALE

Adjoints

1er adjoint : Annie DEPRESLE
2ème adjoint : Patrick HENRAS
3ème adjoint : Agnès ROBLOT
4ème adjoint : Frédéric REY
5ème adjoint : Delphine LEPELTIER
6ème adjoint : Hélyan LATHUILE
7ème adjoint : Françoise AYRAULT
8ème adjoint : Mohamed BENSALAH
9ème adjointe : Chantal GRANDCHAMPS
10ème adjoint : Michel GRUDÉ
11ème adjoint : Patrick BIEBER

Directrice Générale des Services

Marie-Christine LEBAS