La Porte d’Armentières enfin visible !

Septembre 2017 – La Porte d’Armentières enfin visible !
Le rempart révélé – Quelques jours d’abattage intensif ont permis de remettre à jour un élément patrimonial majeur et emblématique de Verneuil : la porte dite d’Armentières. Intégrée aux 360 mètres de remparts médiévaux du XIIème siècle situés à l’ouest de la ville et longeant l’abbaye Saint-Nicolas, l’ancienne porte empruntée par Saint Louis en juillet 1257 (attesté dans le Cartulaire Normand n°592 – Source transmise par Alain Lecerf, historien de la ville de Verneuil), se révèle enfin après avoir disparu pendant des décennies voire des siècles derrière un rideau végétal. Ce résultat spectaculaire, visible de tous depuis le boulevard Rochechouart, traduit les efforts et la volonté de Maryvonne Choisselet, vice-présidente chargée du patrimoine de l’Interco Normandie Sud Eure, de valoriser et sauvegarder ce patrimoine remarquable afin de le transmettre aux générations futures.
Opération délicate – L’abattage, réalisé par l’entreprise Fréon habituée aux contraintes des chantiers d’envergure tel que le parc du Château de Versailles, a réussi à respecter les préconisations de sauvegarde de certaines espèces végétales, malgré la difficulté des opérations liée au terrain. Ainsi un vaillant spécimen centenaire de chêne pédonculé se dresse encore dans le fossé. L’orme champêtre, présent en haut du talus contre le rempart et identifié par les spécialistes de l’Horti-pôle d’Evreux en juin dernier, n’a malheureusement pas pu être sauvé car il présentait des signes de maladie et penchait dangereusement sur le rempart de surcroît.
Ambition au service du territoire – La phase prochaine comporte le délierrage des remparts sur une portion de 40 mètres et de la porte dont l’état sanitaire sera ensuite diagnostiqué en prévision d’une phase de restauration. Selon les résultats obtenus, les élus n’excluent pas de poursuivre l’opération sur une nouvelle portion de rempart l’année prochaine, Maryvonne Choisselet souhaitant en effet faire de ces remparts un patrimoine incontournable de visite du sud de l’Eure, au service d’un ambitieux projet de valorisation globale du site de l’abbaye Saint-Nicolas.